Nous joindre

Heures d'ouverture

Lundi au vendredi :
9 h à 16 h 30

Coordonnées (siège social)

781, rue Notre-Dame
Repentigny (Québec)
J5Y 1B4

(450) 470-0911 #7302 / info@crul.ca

Lieux de formation

Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne

Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption

Cégep régional de Lanaudière à Joliette

Cégep régional de Lanaudière à Repentigny

Campus de l'UQÀM à Terrebonne

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre pour ne rien manquer!

Actualité

Comment choisir son programme d’études?

Courtoisie : MCC

BLOGUE CRUL / par Marie-Christine Chartier • posté le mercredi 20 octobre 2021

 

Comment choisir son programme d’études?

Avez-vous déjà fait ça : aller sur le site Internet de l’Université de votre choix et regarder la liste des programmes? Dans des moments de quête identitaire, ça m’est arrivé à quelques reprises et, chaque fois, ça m’a donné un méchant vertige.

Il y avait tellement d’options, tellement de domaines et j’avais moi-même tellement d’intérêts… comment faire le bon choix?

Aujourd’hui, avec du recul, je pense être plus en mesure d’évaluer ce qui a été marquant pour moi dans les choix de domaines d’études. Ça peut être tellement mêlant : choisir par passion, choisir pour les perspectives d’emplois, choisir pour le salaire, pour l’horaire, pour l’ambiance.

 

Penser à long terme

Un des premiers conseils que je donnerais, c’est de penser plus loin que le bout de sa session. Parfois, dans un processus d’études qui dure quelques années, nous avons tendance à vouloir obtenir une certaine gratification instantanée, comme c’est assez rare de l’avoir au cours de nos études. On veut un programme qui va durer un an, deux ans, certainement pas trois, oh non, pas encore des études! Sauf que la durée du programme ne peut pas être un facteur décisionnel quand on parle de carrière. C’est donc important de penser au futur. Qu’est-ce qu’un an, deux, ou trois ans versus toute une vie?

Cumuler tous les facteurs

Penser à long terme, ça veut aussi dire de prendre en considération tous les aspects d’un travail. Bien sûr, si on a une passion, si on sait ce qu’on veut faire et que ça nous allume d’un feu brûlant en dedans, go for it, comme on dit. Mais pour ceux d’entre nous qui sont plus indécis, tous les facteurs peuvent être inclus dans une balance : de quoi ai-je envie que mon futur ait l’air? Suis-je carriériste, ou plutôt casanier? Est-ce que je veux fonder une famille prochainement, est-ce que j’aimerais que mes horaires soient flexibles? Et puis, monétairement, de quel genre de salaire ai-je besoin pour être confortable? Souvent, certaines professions vont être idolâtrées pour leur salaire exorbitant, mais ces carrières viennent également avec une charge mentale, une demande de temps et un don de soi hors norme. C’est important de se positionner d’ici quelques années et tenter de voir le genre de vie qu’on veut mener.

Suivre la petite voix

Et puis, c’est tout beau, mais choisir une carrière, ce n’est pas un choix uniquement logique. Il faut aussi écouter sa petite voix intérieure, celle qui nous souffle que quelque chose nous passionne, nous allume, nous motive. Cette petite voix, c’est aussi celle qui nous encouragera quand le chemin sera plus ardu, quand les cours termineront tard et que les travaux seront dus. Il faut l’écouter et trouver une façon de travailler conjointement, avec logique et passion, pour trouver une voie qui saura nous satisfaire, longtemps.

 

 

 

Pour regarder la liste des programmes universitaires offerts dans Lanaudière : https://www.crul.ca/programmes