Nous joindre

Heures d'ouverture

Lundi au vendredi :
9 h à 16 h 30

Coordonnées (siège social)

781, rue Notre-Dame
Repentigny (Québec)
J5Y 1B4

(450) 470-0911 #7302 / info@crul.ca

Lieux de formation

Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne

Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption

Cégep régional de Lanaudière à Joliette

Cégep régional de Lanaudière à Repentigny

Campus de l'UQÀM à Terrebonne

Actualité

Le campus hors campus

photo : courtoisie MCC

BLOGUE CRUL / par Marie-Christine Chartier • posté le mercredi 17 février 2021

 

Le campus hors campus

L’ambiance universitaire, surtout lorsque nous sommes hors pandémie, c’est quelque chose d’indescriptible. Et je ne parle pas des partys, des premières fois, des soirées qui n’en finissent plus. C’est tellement, mais tellement plus que ça. L’université, c’est une communauté, c’est une ambiance de partage, autant des connaissances que des expériences. Parce qu’être un étudiant universitaire, c’est beaucoup plus que de suivre des cours. Bien sûr, les connaissances sont importantes, mais il en va aussi des relations qui sont tissées dans les classes, lors des sessions d’études, au-dessus d’un café et plus tard d’une bière. C’est une communauté de partage, mais aussi des expériences professionnelles et personnelles.

 

Le campus, c’est la collusion de tous ces partages. C’est là où se regroupe la communauté universitaire pour créer, comprendre, et échanger. Mais est-ce possible de se créer cette communauté en étudiant à distance? Je crois que oui. Parce que ce qui fait le campus, ce n’est pas les bâtiments, ce sont les gens.

Créer son campus

 

Les plus beaux souvenirs que je garde de mon temps à l’université (et ça fait 10 ans que j’y suis) ce sont les amitiés et les relations que j’y ai créées. Les professeurs qui m’ont enseigné, qui sont resté longtemps après le cours terminé, qui m’ont permis de poser des questions. Les amitiés créées dans le cours, les groupes de travail, les inside jokes, les célébrations de bonnes notes, les célébrations de mauvaise note parce que ça arrive et qu’on s’en remet.

Est-ce que le fait d’étudier en présentiel avec ces gens a aidé à créer ces relations? Certes, mais s’il y a bien une chose qui est évidente avec la pandémie, c’est que ce genre de relation se tisse aussi à distance. Quand on apprend la même matière, quand on planche sur les mêmes travaux, quand on passe des nuits blanches à travailleur sur le même projet, une microcommunauté se crée d’elle-même. Il n’en tient alors qu’à nous de la nourrir et la faire grandir. Parce qu’aller prendre une café et travailler quelque part, ça se fait, ça se planifie et ça se choisit. Et c’est important de le faire, peu importe l’espace dans lequel on décide de se rencontrer. C’est vraiment là que le campus se crée.