Nous joindre

Heures d'ouverture

Lundi au vendredi :
9 h à 16 h 30

Coordonnées (siège social)

781, rue Notre-Dame
Repentigny (Québec)
J5Y 1B4

(450) 470-0911 #7302 / info@crul.ca

Lieux de formation

Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne

Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption

Cégep régional de Lanaudière à Joliette

Cégep régional de Lanaudière à Repentigny

Campus de l'UQÀM à Terrebonne

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre pour ne rien manquer!

Actualité

Plonger à pieds joints vers un retour aux études

Courtoisie : MCC

BLOGUE CRUL / par Marie-Christine Chartier • posté le lundi 24 janvier 2022

 

Plonger à pieds joints vers un retour aux études

C’est vraiment comme ça que je le vois : comme plonger, chaque fois. Même si on connaît déjà la sensation, même si on sait que ça va être électrisant, il y a toujours une petite hésitation, les pieds sur le tremplin, les orteils qui se cambrent. Et puis on y va.

Oui, effectuer un retour à l’école, c’est exactement comme replonger pour la première fois dans une piscine, au début de l’été. Un peu stressant, mais aussi rafraîchissant. Et le fun. Il ne faut pas oublier le fun.

Chaque situation est différente. Certaines personnes ont quitté l’école récemment, ont tenté le marché du travail, ont décidé qu’ils avaient besoin, ou envie, de plus de formation et sont revenus sur les bancs d’école. Pour d’autres, c’est un énorme changement, après des années à travailler, à s’occuper des enfants, ou à voyager. Et encore pour certains, c’est la découverte d’une nouvelle passion qui leur donne la poussée nécessaire pour se lancer à nouveau dans un processus de formation.

Tisser des liens

Dépendamment du domaine dans lequel on se lance, de nos expériences préalables et souvent de notre âge, on peut faire face au syndrome de l’imposteur. Ce sentiment de ne pas être à notre place, d’avoir peut-être pris la mauvaise décision, de s’être embarqué dans quelque chose de trop gros, trop prenant. Ce sentiment se manifeste souvent lorsqu’on retourne aux études aussi parce qu’on ne s’est pas encore tissé un réseau. J’ai écrit sur le syndrome de l’imposteur pour ce blogue l’année passée. Je disais ceci :

« Je pense sincèrement que l’ennemi de la réussite en contexte académique, c’est la solitude. »

C’est encore plus le cas, je pense, lors d’un retour aux études. C’est pourquoi malgré cet inconfort parfois présent de la nouveauté, de parler avec ses nouveaux collègues, de créer des groupes d’étude, d’échanger sur nos parcours de vie souvent complètement différents peut vraiment aider à faciliter l’intégration.

Se célébrer

S’il y a une chose qui nous fait souvent du bien lorsqu’on se retrouver à nouveau sur les bancs d’école, c’est de se rappeler pourquoi on le fait. Se souvenir des raisons qui ont motivé cette décision à la fois courageuse et mobilisatrice, ça contribue souvent à nous ramener sur terre, à arrêter le hamster de tourner un peu.

Dans les faits, peu importe notre âge ou notre parcours, c’est toujours un accomplissement de retourner aux études. On se doit de se célébrer, à chaque pas accompli. À chaque saut du plongeon.