Nous joindre

Heures d'ouverture

Lundi au vendredi :
9 h à 16 h 30

Coordonnées (siège social)

781, rue Notre-Dame
Repentigny (Québec)
J5Y 1B4

(450) 470-0911 #7302 / info@crul.ca

Lieux de formation

Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne

Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption

Cégep régional de Lanaudière à Joliette

Cégep régional de Lanaudière à Repentigny

Campus de l'UQÀM à Terrebonne

Actualité

SOS motivation

photo : courtoisie MCC

BLOGUE CRUL / par Marie-Christine Chartier • posté le mardi 20 avril 2021

SOS motivation

Ça m’arrive tout le temps ces temps-ci. Je ne sais pas si c’est l’arrivée du beau temps, ou la vie qui va à un rythme différent depuis le début de la pandémie. Je ne sais pas si c’est la fin de la session, ou si c’est juste moi. Mais j’ai de la difficulté à trouver ma motivation.

Je regarde dehors, je suis distraite par le soleil, je me lève, me fait un autre café. Je sors mon chien, j’ouvre Facebook, je publie une photo sur Instagram. Je regarde dehors à nouveau, et c’est à recommencer. Et non, je n’ai pas un trouble de l’attention. Je pense que j’ai un trouble de motivation saisonnière.

Ça arrive souvent, particulièrement au début de l’été, surtout quand il est difficile de s’asseoir à notre bureau pour créer du contenu, écrire, faire ses tâches. Je sais que je ne suis pas la seule, mais je crois sincèrement que la pandémie peut avoir un effet néfaste sur notre motivation. Mes trucs, dans l’ancienne vie, c’était de sortir de chez moi : aller travailler chez des amis, aller dans un café pour simplement m’entourer d’étrangers. Même pas pour leur parler, mais juste de savoir qu’on était tous dans le même bateau, avec notre to-do list et notre latté. Là, je crois que c’est pour ça que je frappe mon mur aussi fort, ce printemps. Parce que je n’ai pas l’occasion de déplacer ma motivation. Je dois rester dans le trou avec.

On fait quoi, avec ça?

 

Donc, aujourd’hui, je pensais vous partager les choses qui m’ont aidée. Premièrement, faire une liste. J’ai une bonne mémoire, je n’ai jamais vraiment besoin d’écrire ce qui doit être fait pour m’en souvenir. Sauf que dans cette période où j’ai l’impression d’accomplir beaucoup moins qu’à l’habitude, ça me procure un sentiment de fierté décuplé de pouvoir rayer des trucs de ma liste, même des trucs aussi banals que répondre à des courriels ou vider le lave-vaisselle. Je m’encourage à chaque réussite, et ça aide. J’aime aussi parler avec des amis, m’informer de ce qu’eux ont dans leur assiette, cette semaine. Je pense que de se tenir au courant, ça permet de se mobiliser ensemble, de faire comme si on travaillait du même bureau. Ou encore faire un Zoom de travail avec une amie, même si on travaille sur deux trucs différents. Ça me fait sentir comme si j’étais dans un café, sauf que j’ai mon chien avec moi en plus. La meilleure vie!

Bref, je sais que c’est le moment où ça peut être particulièrement difficile de se mobiliser. Mais je tenais à partager cette tranche de vie avec vous : parce que ça nous arrive tous. Aux yeux de tout le monde, je crois avoir toujours l’air de la personne la plus productive et efficace au monde (trois livres en trois ans, quand même), mais on a tous des creux de vague et c’est important de limiter la culpabilité et de se concentrer, à la place, sur ce qui nous fait sentir accompli.

You got this, promis.